Suivez-nous
sur les réseaux sociaux:

10 peurs reliées au travail

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

peur du travail

Plusieurs d’entre nous connaissent l’agoraphobie, soit la peur des espaces publics et par extension de la foule. Saviez-vous qu’il existe une panoplie de peurs associées au monde du travail? La langue française regorge de mots pouvant décrire des phobies insoupçonnées, en voici quelques-uns:

  1. Ergophobie — haine envers le travail, impossibilité de travailler
  2. Travaillophobie — Peur du travail.
  3. Téléphonophobie — Peur de répondre au téléphone.
  4. Arithmophobie — Peur des chiffres.
  5. Graphophobie — Peur de l’écriture (fait d’écrire).
  6. Atychiphobie — Peur de l’échec.
  7. Glossophobie — Peur de parler en public.
  8. Nomophobie — Peur d’être séparé de son téléphone portable.
  9. Technophobie – Peur et rejet du progrès scientifique et technologique
  10. Angrophobie — Peur de se mettre en colère en public.

Dans cette liste non exhaustive, vous vous imaginez sûrement qu’il existe plusieurs autres types de peur. Comme les références sur le sujet s’entrecroisent, je vous laisse vous amuser avec ces quelques liens:

Avec Google, la démocratie est en excellente santé sur le Web!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

démocratie Web

QU’ON LE VEUILLE OU PAS, IL FAUT DIRE QU’AVEC LE WEB, LE MONDE DES AFFAIRES CHANGE TRÈS RAPIDEMENT. PHÉNOMÈNE PLUTÔT RÉCENT, LA DÉMOCRATIE PREND DE PLUS EN PLUS DE PLACE DANS LES ÉCHANGES COMMERCIAUX GRÂCE NOTAMMENT À GOOGLE.

C’est effectivement sur cette base que Google fonctionne, car sa technologie fait confiance aux millions d’internautes qui ajoutent des liens sur leur site Web pour déterminer la valeur du contenu d’autres sites.
Google évalue l’importance de chaque page Web à partir de plus de 200 critères et de diverses méthodes, dont un algorithme breveté PageRank™ qui détermine les sites « élus » comme les meilleures sources d’information sur d’autres pages Web.
Philosophie de Google
Source: Google
Cette technique se perfectionne à mesure que le Web se développe, car chaque nouveau site constitue un nouveau point d’information et un nouveau vote à comptabiliser.

 

En d’autres mots, Google évalue constamment la performance de votre entreprise à fournir ce que vos clients veulent avoir comme contenus et produits. Les tours de passe-passe sont vite mis à jour par les internautes qui, par ce fait, sont de mieux en mieux protégés.

Réussir à l’interne son recrutement 2.0, est-ce vraiment possible ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Réseaux sociauxPARCE QUE LES RESEAUX SOCIAUX SONT GRATUITS ET FACILEMENT ACCESSIBLES, DE NOMBREUX GESTIONNAIRES CROIENT QU’IL EST AISE DE RECRUTER VIA LE 2.0., QUE CE SOIT SUR LINKEDIN, FACEBOOK, TWITTER OU ENCORE GOOGLE+. POURTANT POUR AVOIR DU SUCCES, IL EST ETONNANT DE CONSTATER LE NOMBRE DE RESSOURCES A L’INTERNE QU’IL FAUT MOBILISER POUR DEMEURER PRO-ACTIFS ET SUIVRE LES TENDANCES. COMME NUL N’EST PROPHETE DANS SON PAYS, IL Y A MEME DE GRANDES CHANCES QUE VOTRE EQUIPE ACTUELLE NE SOIT PAS ASSEZ OUTILLEE POUR REAGIR EFFICACEMENT, REDIGER DU CONTENU PERCUTANT ET SURTOUT AVOIR DES RESULTATS TANGIBLES DE CET EXERCICE PLUTOT AMBITIEUX !

DÉVELOPPER SON BRANDING
Pour réussir à recruter en mode 2.0, il ne suffit pas de placer une offre d’emploi pour recevoir des candidatures. Force est de constater qu’un véritable branding doit être créé autour de la compagnie mais également autour des administrateurs de compte, les véritables porte-parole de l’organisation sur les réseaux sociaux. Pour créer un marketing efficient, vous devez développer une image de marque qui se différenciera de vos compétiteurs avec des slogans accrocheurs en faisant ressortir vos atouts. Le coût pour engager une firme de communication qui fera toute la différence: entre 10 000$ et 25 000$.

INVESTIR DANS UN GESTIONNAIRE DE COMMUNAUTÉ
Vous devez également engager un gestionnaire de communauté, c’est-à-dire un spécialiste des réseaux sociaux qui pourra utiliser tout son bagage de connaissances pour que votre organisation soit vue sur les réseaux sociaux, mais surtout qu’elle soit présente dans les bons groupes de discussion, dans les bons blogues en lien avec votre public cible.

Si vous croyez que le gestionnaire de communauté pourra comprendre votre corporation, votre secteur d’activité et votre marché en quelques heures seulement, vous serez déçu… Il faut jusqu’à un an d’expérience à un bon gestionnaire pour être capable de comprendre toutes les ficelles de votre industrie et d’adapter ses stratégies en conséquence. Rome ne s’est pas construite en un jour, il faut que vous soyez prêt à investir du temps dans le processus et de vous engager à long terme. Bref, vous pouvez évaluer qu’un gestionnaire vous coûtera entre 60 000$ et 75 000$ et que vous n’aurez pas ou peu de résultats dans sa première année d’activité.

« La vraie question: Avez-vous les moyens de vos ambitions sur les réseaux sociaux? Êtes-vous prêt à investir entre 85 000 $ et 130 000$ par année pour être effectif dans le 2.0? »

CRÉER DES COMMUNAUTÉS AUTOUR DE VOS PAGES
Comme si ce n’était pas assez, vous devez créer des communautés autour de chacune de vos pages de réseaux sociaux. Pour atteindre une masse critique de candidats qui vous suivront, attendez vous à payer un fort prix. S’il était facile en 2004 de se créer une communauté sur Facebook, aujourd’hui en 2014, il faut payer pour avoir un grand nombre de fans. Que ce soit en utilisant les services de Facebook Ads ou encore en organisant des concours, il vous sera difficile voir impossible de devenir viral en 30 secondes.

Pour rejoindre un public cible de candidats, vous ferez des essais et erreurs pour découvrir quel média social vos candidats utilisent le plus. Par la suite, vous devrez investir beaucoup d’argent pour leur offrir un contenu pertinent et percutant pour qu’ils vous suivent. Par mois, il vous en coûtera entre 1 000$ et 2 500$ pour avoir un nombre de fans acceptable, mais surtout avoir une portée importante et des personnes engagées qui partageront vos publications.

UN CONSTAT QUI FAIT MAL
La question qui fait mal : Avez-vous entre 85 000$ et 130 000$ comme budget à investir dans vos réseaux sociaux pour réussir votre recrutement 2.0 ? Comme la plupart de mes clients, j’en doute fort… Tous mes clients qui ont tenté le coup par eux-mêmes ont frappé après quelques mois seulement un mur, seuls vous ne pouvez pas y arriver. Premièrement, vous n’avez pas les ressources nécessaires, vous ne connaissez pas assez les réseaux sociaux pour créer du contenu qui peut devenir viral, vous n’êtes pas spécialisé en marketing mais en ressources humaines et vous n’êtes certainement pas prêt à investir autant d’argent…

LA SOLUTION ACCESSIBLE ET ABORDABLE EXISTE!
Chez Emplois spécialisés, nous avons développé des véritables communautés de fans qui nous suivent sur les réseaux sociaux. Nous sommes présents dans plus de 400 groupes de discussion sur LinkedIn et Facebook. Nous développons via nos 19 sites Web des images de marque pour chacun de nos clients pour que vous ayez des résultats. Nous vous offrons des portails employeurs avec 12 sections d’intérêt complètement développées pour les candidats en faisant ressortir nos seulement tous les points forts de votre organisation mais également tous les attraits de votre région ou quartier pour attirer et retenir les candidats. Toutes nos offres d’emploi comprennent des photos et des vidéos.

De plus, nous avons ce qui manque cruellement à votre organisation, vos compétiteurs affichent sur nos sites, sont présents dans nos communautés de fans et nos candidats peuvent véritablement magasiner leur nouvel emploi, ils font des choix éclairés et recommandent nos services à leurs amis.

Combien ça coûte ?
3 990$ pour bénéficier de tous nos services avec affichage illimité sur nos 19 sites Web, et ce, pour une durée d’un an. Chez Emplois spécialisés, nous ne faisons pas de l’affichage d’emploi traditionnel, nous vendons votre organisation. Nous faisons du marketing autour de vos offres d’emploi et nous créons une réelle communauté autour de vos offres et de vos services pour trouver les candidats qui feront avancer votre organisation ! 

Comment assurer une bonne visibilité de ses offres d’emploi en ligne?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

ENTREVUE D’EXPERT
Jérémy Easterbrook, fondateur de la firme Index Web Marketing

EN TANT QU’ENTREPRENEUR, JE ME VOIS SOUVENT DANS LA POSITION DE PLACER DES OFFRES D’EMPLOI EN LIGNE. JE CHERCHE À TROUVER LES MEILLEURS CANDIDATS POUR NOTRE AGENCE WEB INDEX WEB MARKETING. NOUS RECRUTONS DES CANDIDATS VENANT DE PARTOUT DANS LE MONDE.
DANS MON MÉTIER, JE SUIS EXPERT DE L’OPTIMISATION DE LA VISIBILITÉ NUMÉRIQUE DES ENTREPRISES. VOICI CE QUE JE RECHERCHE DANS UNE PLATEFORME POUR BÉNÉFICIER DE LA MEILLEURE VISIBILITÉ EN LIGNE. JE VOUS EXPLIQUERAI AUSSI POURQUOI LE RÉSEAU DE SITES D’EMPLOIS SPÉCIALISÉS EST UNE OPTION JUDICIEUSE.
27ad896
Jérémy Easterbrook
Fondateur d’Index Web Marketing

L’ÉVOLUTION DES OFFRES D’EMPLOI EN LIGNE
Les offres d’emplois en ligne ont fait leur apparition sur les sites d’emploi en ligne il y a maintenant plus d’une dizaine d’années. Il est intéressant de constater l’arrivée d’autres acteurs dans le monde du recrutement comme les réseaux sociaux professionnels et la vague mobile. L’entrée sur le marché des ces nouveaux acteurs ont forcé les plateformes d’emploi à innover et anticiper les nouveaux comportements pour continuer à s’imposer. Défi relevé, puisque le portrait a beaucoup changé.

SITES GÉNÉRAUX VERSUS SITES SPÉCIALISÉS
Les sites généraux ont l’avantage d’avoir une énorme banque de candidats. À l’opposé, les sites spécialisés par industrie ont moins de candidats, mais ils sont très ciblés. La solution idéale est d’afficher sur plusieurs sites, mais le budget est souvent un obstacle. Il suffit donc de choisir ceux qui présentent les meilleurs avantages :

1) Une garantie de visibilité
Certains babillards d’offres d’emplois en ligne garantissent que votre offre d’emploi sera vue par un certain nombre de candidats. Plus le site est populaire, plus votre offre d’emploi sera vue! Cependant, gare aux listes interminables sur certains babillards, votre offre pourrait être rapidement submergée par celles de vos compétiteurs.

2) Une approche 2.0 pour les offres d’emploi en ligne
Un bon exemple d’innovation est l’usage des réseaux sociaux. Est-ce que la plateforme possède des comptes de médias sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn ? Est-ce que votre offre d’emploi sera republiée sur leurs plateformes?

3) Le flux de nouveaux visiteurs
Les plateformes en ligne de publication d’emplois annoncent souvent une banque de candidats abondante. Elles présentent également des statistiques de visiteurs de plusieurs dizaines de milliers. Par expérience, ces chiffres sont très souvent gonflés artificiellement. Les méthodes de mesure utilisées varient d’une plateforme à l’autre et durant certaines périodes de temps, elles sont donc souvent erronées ou pire de véritables subterfuges de vente. De plus, une banque de courriels bien garnie ne garantit nullement la fraîcheur des candidats. Vous cherchez des candidats en recherche active inscrits récemment.

IL N’EXISTE QU’UNE MÉTHODE DE VALIDATION!
A-t-elle une bonne stratégie de marketing Web? Un bon référencement assure un positionnement sur des mots clés stratégiques. Est-elle en première page pour le poste que vous recherchez sur Google? Les liens sponsorisés AdWords représentent une opportunité alternative au référencement. Le réseau publicitaire de Google permet d’acheter des mots clés en haut de page du site Web. Le site reçoit donc des visiteurs frais et qualifiés. Vérifiez donc avant d’acheter si le site visé affiche des annonces publicitaires sur le réseau Google.

EN CONCLUSION ET MA RECOMMANDATION
Les nombreuses solutions de recrutement disponibles sont coûteuses et chronophages pour les recruteurs. Cet article visait principalement à discerner la qualité des babillards d’emploi en ligne. Je vous recommande l’usage de l’une d’entre elles. J’ai choisi de publier mes offres d’emplois sur le réseau d’Emplois spécialisés, afin de maximiser mon temps et mon investissement.

QUELQUES RAISONS QUI EXPLIQUENT MON CHOIX :
• L’interface ergonomique simplifie la gestion multi-sites des candidatures et des offres
• Mes offres sont annoncées sur leurs comptes de médias sociaux
• Je reçois une garantie de 700 visiteurs par offre
• Leurs stratégies de marketing Web organique et commercial sont très agressives
• Un support à la clientèle incomparable
• Des tarifs abordables

À propos de l’auteur
Jérémy Easterbrook est le fondateur d’Index Web Marketing, une agence spécialisée dans l’optimisation du marketing en ligne pour les entreprises. Créez votre plateforme Web et rentabilisez-la dés aujourd’hui,
contactez la firme sans tarder!
Retrouvez Jérémy sur LinkedIn, Twitter et Google+.
* L’auteur fournit des services de marketing en ligne à Emplois spécialisés

Est-ce que vos RH tirent de l’aile?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

ATTENTION : Ce billet s’adresse en premier lieu aux directeurs des RH, entrepreneurs et aux cadres de direction!

EN COMITÉ STRATÉGIQUE CETTE SEMAINE, NOUS NOUS SOMMES AMUSÉS UN PEU À TENTER DE CLASSIFIER NOS CLIENTS RECRUTEURS. ANECDOTES, PAROLES ENTENDUES, DISCOURS ENFLAMMÉS, FORCE EST DE CONSTATER QUE LES RECRUTEURS SONT DES DRÔLES D’OISEAUX! SOUVENT CASANIERS, D’AUTRES SUIVENT LES COURANTS CHAUDS, QUELQUES-UNS MIGRENT D’UNE STRATÉGIE À L’AUTRE ET D’AUTRES EXPLORENT D’AUTRES CONTINENTS EN TENTANT D’IMPLANTER DES IDÉES CONCEPTUELLES!

Après quelques heures de discussion, nous avons raffiné nos concepts et sommes arrivés à 3 types de profils carencés : le chasseur de tête vertueux (l’aigle), le fan des réseaux sociaux (le colibri) et l’entêté des journées carrière (le paon). Cher dirigeant d’entreprise, voici donc le fruit de notre dur labeur qui ma foi a plutôt détendu l’atmosphère de notre lundi pluvieux…

aigleLE CHASSEUR DE TÊTE VERTUEUX OU L’AIGLE :
TOUJOURS PRÊT À PROUVER SON EFFICACITÉ!

Vous allez le reconnaître avec son tableau de chasse qu’il n’hésite pas à vous présenter à la première occasion. Il sait choisir ses candidats selon des critères bien établis. Il est perfectionniste, mais prend beaucoup de place dans votre organisation…

Ses forces : côté social très développé, sens de l’initiative exacerbé, intuitif et déterminé
Ses faiblesses : très compétitif, travaille difficilement en équipe, embellit la réalité

Votre chasseur de tête est l’un des pivots de votre organisation, cependant ne lui donnez pas toute la place. S’il sait vendre avec son talent de maître votre entreprise, il peut également enjôler des candidats qui ne devraient pas s’y retrouver charmés par ce qui leur a été vendu. Bien dirigé et entouré de collègues aux personnalités différentes, il contribuera certainement à dénicher la meilleure ressource possible pour votre organisation.

LE FAN DES RÉSEAUX SOCIAUX OU LE COLIBRI :colibri
TELLEMENT COMPÉTENT QU’IL PEUT TOUT FAIRE…

Souvent au bureau avant et après les heures d’ouverture, le fan des réseaux sociaux est un bourreau de travail! Amateur des TI, il multiplie votre présence sur les réseaux sociaux. Il veut à tout prix être 2.0, et ce, en faisant tout lui même! Pour prouver sa valeur, il multipliera l’utilisation des services gratuits au lieu de faire appel à des entreprises spécialisées qui donnent de réels résultats!

Ses forces : bien organisé, travaillant, avec un penchant pour l’innovation
Ses faiblesses : manque de compétences, croit trop en ses capacités, protectionniste de son territoire

Pour bien diriger ce type de recruteur, il faut lui donner des objectifs précis avec des comparatifs du marché pour le sortir de sa bulle de compétences. À trop vouloir innover sans faire appel à des experts, il pourrait permettre à vos compétiteurs d’embaucher les meilleures ressources! Cependant, il sera votre meilleur allié pour travailler avec vos collaborateurs externes.

L’ENTÊTÉ DES JOURNÉES CARRIÈRE OU LE PAON :
paonIL TIENT À SES FAÇONS DE FAIRE D’UNE AUTRE ÉPOQUE!
Toujours prêt à quitter le bureau, l’entêté des journées carrière aime se pavaner dans les journées carrière et salons de l’emploi tous azimuts avec son nouveau kiosque et ses bidules publicitaires. Il multiplie les réunions et comités pour tenter de faire valoir sa pro-activité. Il s’adapte mal aux nouvelles réalités du marché de l’emploi et croit que les bonnes vieilles méthodes sont les meilleures. Il les défend bec et ongles avec son conservatisme irrécupérable.

Ses forces : patient, organisé, travaille très bien en équipe
Ses faiblesses : peur maladive des nouvelles technologies, résistant aux changements, un peu nonchalant, contrôlant

S’il sait bien vendre votre organisation qu’il connaît de fond en comble, l’entêté des journées carrière devrait être sorti de son moule. Son expérience pourrait contribuer à l’équipe dans la passation d’entrevues ou encore à améliorer l’image de marque de la société.

CES TROIS « OISEAUX DE NUIT » VOUS FONT PEUR?
VOICI QUELQUES PISTES DE RÉFLEXION…
En premier lieu, notre meilleur conseil, c’est de prendre le temps de vous arrêter et d’analyser les membres de votre équipe. En comparant vos moineaux, vous analyserez leurs forces et faiblesses et pourrez les placer dans des postes qui favoriseront leur productivité. Vous pourrez ainsi donner des ailes à votre entreprise!N’hésitez pas à faire appel à des entreprises spécialisées dans les TI afin de vous aider à prendre de bonnes décisions et à vos orienter dans l’utilisation notamment des réseaux sociaux. Beaucoup d’entrepreneurs ou dirigeants d’entreprise délèguent trop de pouvoir, vous devez motiver vos équipes, maîtrisez le changement, à vous de garder le cap!

Démocratisons les réseaux sociaux!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Réseaux sociauxÀ L’ÈRE DU 2.0, IL EST DIFFICILE DE COMPRENDRE POURQUOI TANT DE GROUPES DE DISCUSSIONS SUR LINKEDIN OU FACEBOOK SONT FERMÉS. ON PEUT SE DEMANDER LA PERTINENCE D’IMPOSER TANT DE RÈGLES AUX USAGERS D’UN GROUPE. DES RÈGLES QUI SE MULTIPLIENT SANS CESSE, DES ADMINISTRATEURS QUI RÈGNENT EN MAÎTRE SUR LEUR COUR DE FIDÈLES, IL EST TEMPS QUE LES CHOSES CHANGENT AU QUÉBEC! A-T-ON RÉELLEMENT COMPRIS À QUOI SERVENT LES RÉSEAUX SOCIAUX? POURQUOI BÂTIR DES COMMUNAUTÉS FERMÉES EN 2013?

LINKEDIN : DES ADMINISTRATEURS « CONTROL FREAK »?
Il est étonnant de voir que le modus operandi des administrateurs des groupes de discussion sur LinkedIn est trop souvent le même! Valoriser ses propres idées, faire valoir ses 5 à 7 pour célibataires, ses colloques et conférences dans des espaces qui seraient mieux utilisés pour engendrer de réelles discussions, d’amener des idées nouvelles et cogiter ensemble pour faire évoluer la société!

Ayant une formation en journalisme, je ne comprends pas les règles qui imposent de ne pas mettre de liens, de photos ou de vidéos dans des groupes de discussion. Comment faire valoir une idée ou une opinion sans se baser sur des faits réels, des écrits de d’autres blogueurs ou chercheurs?

La pertinence de ne pas mettre de liens externes qui détournent les usagers vers d’autres médias est compréhensible pour garder le plus de visiteurs possibles sur des sites Web, mais dans les réseaux sociaux? A-t-on atteint le 2.0 au Québec? J’en doute fort… Peut-on réellement penser que les gens sont assez dupes pour ne pas trouver d’autres sources d’information?

« Administrateurs de LinkedIn, arrêtez de nous vendre vos produits et services, de faire de la censure, on n’est pas dans les années 40! Ouvrez vos groupes de discussion pour avoir de réels débats et attirer la pluralité des opinions ! »

Résultat : peu de groupes de discussion amènent des réflexions substantielles, on reste dans le superficiel! Même les trucs et astuces des participants d’un tel ou tel autre groupe sont futiles et peu originaux. Sortons de la masse et des idées préconçues!

PLUS D’OUVERTURE SUR FACEBOOK?
En général, en parcourant des groupes de discussion sur Facebook, il semble y avoir plus d’ouverture et moins de censure! Surtout, les gens qui exposent leurs idées sont moins monolithiques, il n’est pas rare d’engendrer des discussions avec des usagers de la francophonie à l’extérieur du Québec, que ce soit des Français, Marocains, etc. La diversité des opinions, des faits vécus, bref l’expérience de gens de cultures différentes amène des discussions très enrichissantes. Personnellement, il n’est pas rare que je repense à une brève, une photo ou un vidéo quelques jours après l’avoir lue ou vue sur Facebook.

Pourtant, certains groupes québécois imposent encore beaucoup de règles. Comme les filtres sont très facilement gérables dans Facebook, il serait de mise pour les administrateurs de laisser plus de place aux usagers pour susciter les réflexions!

AUCUNE CENSURE? ÇA EXISTE, VIVE TWITTER!
Souvent, je me rabats sur Twitter, j’y trouve de vraies p’tites mines d’or! Pas de censure, du vrai 2.0, des gens allumés, drôles et originaux! Pas de filtres, on y trouve de tout. Chaque semaine, je découvre des nouvelles personnes à suivre. Si vous ne vous intéressez pas à Twitter, parce que vous pensez y trouver le quotidien de la faune, détrompez-vous! De la réelle opinion et souvent les gens actifs sur Twitter bloguent également…

RABATTEZ-VOUS SUR LES BLOGUES!
Vous êtes tanné de recevoir des fils de nouvelles insignifiantes sur LinkedIn ou Facebook, rabattez-vous sur les blogues! Explorez et vous y découvrirez de réelles communautés ouvertes, des articles intéressants, des opinions qui sortent de la norme! Et qui sait, à force d’écrire des articles comme celui que vous venez de lire, peut-être que les choses changeront au Québec! On peut toujours rêver…

N.B. : L’idéalisme devrait encore exister en société, et ce, autant pour le bien individuel que le bien commun! Les réseaux sociaux devraient être plus démocratiques, suivez quelques groupes américains, vous verrez tout de suite la différence!