Suivez-nous
sur les réseaux sociaux:

Le retour aux études: pour un bon départ!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

retourausetudesPLUSIEURS D’ENTRE VOUS SE DEMANDENT S’IL SERAIT SOUHAITABLE D’ENVISAGER UN RETOUR AUX ÉTUDES. AFIN DE VOUS AIDER À PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION, VOICI QUELQUES ÉLÉMENTS À PRENDRE EN CONSIDÉRATION…

1. MOTIVATIONS DU CHANGEMENT DE CARRIÈRE

Un environnement de travail conflictuel, un poste sans réelles responsabilités, perte de contrôle sur les tâches quotidiennes, etc. Souvent, nous envisageons un changement de carrière, parce que notre poste actuel ne nous convient plus. Par expérience, je vous dirais qu’il vaut mieux changer d’air en se trouvant un milieu de travail qui correspond plus à ses aspirations professionnelles que de bouleverser sa vie personnelle au complet en faisant un retour aux études… Il peut suffire également de poser sa candidature pour un autre poste au sein de la même entreprise pour voir les choses autrement. Bref, d’où l’importance de se poser les véritables questions qui motivent votre changement de carrière.

2. POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS

  • Quelles étaient les raisons de départ qui avaient motivé mon choix de carrière dans tel domaine d’études?
  • Suis-je complètement blasé ou désintéressé par mon champ de pratique?
  • Y aurait-il moyen compte tenu de mon expérience d’envisager une pratique différente tout en poursuivant dans mon domaine d’études?
  • Suis-je heureux dans mon environnement de travail? Mes motivations sont-elles réelles ou superficielles?
  • Suis-je en train d’agir sur un coup de tête ou ma décision est-elle réfléchie?
  • Est-ce réaliste et financièrement possible de retourner aux études sans bouleverser la vie de mes proches?
  • À long terme, est-ce que mon nouveau programme d’études me permettra d’atteindre mes objectifs personnels et professionnels?

Si vous êtes convaincu que vous devez faire un retour aux études, une foule de programmes peut vous aider à garder la tête hors de l’eau et à vous aider à mener à bien votre projet.

3. INFORMEZ-VOUS SUR LES PROGRAMMES EXISTANTS

Emploi Québec offre toute une panoplie de programmes pour soutenir les gens à retourner aux études: http://www.mess.gouv.qc.ca/programmes-mesures. Je vous invite fortement à consulter une personne-ressource auprès de l’organisme qui pourra vous tuyauter sur le programme qui correspond réellement à vos besoins.

De plus, si vous désirez poursuivre vos études supérieures, renseignez-vous auprès des ressources humaines de la société qui vous emploie, certains employeurs n’hésitent pas à investir dans leur main-d’oeuvre.

Des programmes de prêts et bourses dans les collèges et universités sont également disponibles.

4. NE NÉGLIGEZ PAS LA CONCILIATION TRAVAIL-ÉTUDES-FAMILLE

Un des éléments incontournables dans un changement de carrière est l’évaluation de votre situation personnelle et familiale. Il y a des moments plus propices que d’autres pour faire un retour aux études que ce soit à temps partiel ou à temps plein. Mieux vaut évaluer au départ les incidences et conséquences sur votre quotidien. Je vous conseillerais d’évaluer avec vos proches s’ils sont prêts à vous suivre ou vous soutenir dans l’aventure…

5. VERS UNE CARRIÈRE PROMETTEUSE…

Après tout, vous n’avez qu’une vie à vivre et comme votre travail occupe une grande partie de votre journée, mieux vaut y vivre épanoui et en plein contrôle de ses moyens. Suivez votre instinct et posez vous les bonnes questions!

Raccrocher les Y, est-ce possible?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

generation-y

À LA FIN DU SECONDAIRE, TOUS DOIVENT CHOISIR DU MOINS AU QUÉBEC, CE QU’ILS VEULENT FAIRE DANS LA VIE… CHOISIR LA BONNE CARRIÈRE À 17 ANS POUR LES 40 PROCHAINES ANNÉES, MÊME S’IL S’AGIT D’UN MAL NÉCESSAIRE, EST UN CASSE-TÊTE POUR LA MOYENNE DES JEUNES! LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE EST DÉJÀ OMNIPRÉSENT AU SECONDAIRE ET CONTINUE D’ÊTRE UN PHÉNOMÈNE ALARMANT SURTOUT PUR LES PARENTS. SELON LA DERNIÈRE ÉTUDE DE LA FIRME LÉGER PARUE LE 22 OCTOBRE DERNIER, C’EST PLUS DE 40% DES PARENTS QUI CRAIGNENT DE VOIR LEUR ENFANT DÉCROCHER LORS DE SON PARCOURS À L’ÉCOLE SECONDAIRE! ET SI ON RACCROCHAIT NOS JEUNES EN LES FAISANT RÊVER POUR QU’ILS DEMEURENT SUR LES BANCS D’ÉCOLE PLUS LONGTEMPS?

LES Y ET LE PLAN DE CARRIÈRE
Ayant beaucoup de jeunes proches de moi, je les entends souvent me dire combien ils ont peur de s’encastrer dans un travail de bureau routinier et sans artifices. Travailler pendant 40 ans dans le même métier, le même secteur d’activité, en découragent plus d’un. Il faudrait expliquer aux Y qu’il y a un monde de possibilités qui s’ouvrent à eux. Aujourd’hui, on peut changer son style de vie en un tour de main, suffit d’avoir au moins un DEC ou un bac, pour faire les choses autrement. Un plan de carrière, on n’en a pas à 17 ans, pourtant il serait si facile de faire rêver nos jeunes pour qu’ils deviennent les prochains leaders de demain!

TROUVONS DES MODÈLES À SUIVRE!
Des entrepreneurs inspirants, des gens de métier performants, des professionnels tous azimuts compétents, il en pleut au Québec. Pourquoi ne pas en sortir quelques-uns de leur tour d’ivoire et les inviter dans les écoles pour inspirer nos jeunes… Je pense également à des journées d’exploration où les jeunes pourraient voir concrètement ce qu’ils auront à vivre plus tard en choisissant tel ou tel métier! Et si la voie à suivre était de faire valoir aux jeunes des compagnies ayant une philosophie proche de leurs aspirations…

CRÉER DES CONDITIONS GAGNANTES 2.0!
Il faut comprendre que pour les jeunes de la génération Y à laquelle j’appartiens notamment, que les Américains appellent d’ailleurs la Net generation, les TI font partie de la vie courante. Nos environnements de travail devraient s’adapter à cette réalité en offrant plus de place à la créativité, au brainstorming, en sortant les gens de leurs tâches quotidiennes.

Pour que les jeunes aient leur place sur le marché du travail, il faudrait également quelque peu modifier nos façons de faire en entreprise. Miser sur le télé-travail, sur les horaires de travail souples, créer des environnements de travail ludiques, offrir plus de vacances, sont des moyens de raccrocher nos jeunes. Chez-nous par exemple, dans ma compagnie Techno-Communication, tous les postes sont à 4 jours/semaine, les vendredis étant payés pour sortir du quotidien, prendre soin de soi, faire les commissions en vue du week-end, etc. Conséquence : tous nos employés sont plus productifs et dédiés!

En tant qu’entrepreneure, je pense que c’est à nous de changer les choses, au privé on est souvent plus créatif et ancré dans la réalité de nos employés. Amis entrepreneurs, prenons la situation en mains et changeons nos façons de faire en créant des environnements de travail motivants bien ancrés dans la réalité des Y!

Source : Radio-Canada.ca

Choisissez l’une des carrières les plus payantes au Québec!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

carrieresAVEC LA PÉNURIE D’EMBAUCHE QUI SÉVIT DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES AU QUÉBEC, DE NOMBREUX PROFESSIONNELS ET GENS DE MÉTIERS SONT MIEUX RÉMUNÉRÉS QUE JAMAIS! DIFFICILE À IMAGINER HIER, PARFAITEMENT POSSIBLE AUJOURD’HUI. NUL BESOIN DE CUMULER 10 ANS SUR LES BANCS D’ÉCOLES APRÈS LE SECONDAIRE POUR AVOIR UNE CARRIÈRE À LA HAUTEUR DE SES ASPIRATIONS TANT FINANCIÈRES QUE PROFESSIONNELLES.

Voici le palmarès des emplois les plus prometteurs selon Radio-Canada.ca
LES ASP

  • Matriceur : 920$/sem. (Chômage n.d.)

LES AEP

  • Spécialiste en hygiène et salubrité en milieu de soins : 725$/sem. (Chômage 0%)

LES DEP

  • Grutier : 1601$/sem. (Chômage 0%)
  • Monteur de ligne électrique : 1175$/sem. (Chômage 3%)
  • Frigoriste : 1045$/sem. (Chômage 0%)
  • Assembleur de structures aérospatiales : 1000$/sem. (Chômage 0%)
  • Opérateur de machine d’usinage en commande numérique 1000$/sem. (Chômage 0%)
  • Mécanicien de machines fixes : 902$/sem. (Chômage 4,7%)
  • Soudeur-monteur : 865$/sem. (Chômage 0%)
  • Infirmier auxiliaire : 842$/sem. (Chômage 0%)
  • Sommelier : à pourboire (Chômage n.d.)
  • Électromécanicien 840$/sem. (Chômage n.d)
  • Ferblantier : 787$/sem. (Chômage 12,7%)
  • Plombier : 723$/sem. (Chômage 12,9%)
  • Camionneur : 720$/sem. (Chômage n/d)
  • Mécanicien en protection contre les incendies : 717$/sem. (Chômage 0%)
  • Ébéniste : 672$/sem. (Chômage 0%)
  • Cuisinier : 600$/sem. (Chômage 0%)
  • Assistant en pharmacie : 550$/sem. (Chômage 1,7%)
  • Opérateur de procédés de traitement de l’eau : 780$/sem. (Chômage 9,1%)
  • Boucher : 535$/sem. (Chômage 11,1%)

LES DES

  • Chef de train : 1500$/sem. (Chômage 0%)

LES DEC

  • Audioprothésiste : 900$/sem. (Chômage 0%)
  • Acupuncteur : 829$/sem. (Chômage 0%)
  • Hygiéniste dentaire : 813$/sem. (Chômage 0%)
  • Inspecteur des aliments : 800$/sem. (Chômage 4%)
  • Technicien ambulancier paramédical : 796$/sem. (Chômage 2,3%)
  • Inhalothérapeute : 773$/sem. (Chômage 0,8%)
  • Technologue en radio-oncologie : 772$/sem. (Chômage 0%)
  • Technicien en mécanique du bâtiment : 755$/sem. (Chômage 1,8%)
  • Technologiste biomédical : 747$/sem (Chômage 0,7%)
  • Technologue en électrophysiologie médicale : 727$/sem. (Chômage 0%)
  • Technicien en logistique du transport : 727$/sem. (Chômage 0%)
  • Thanatologue : 720$/sem. (Chômage 0%)
  • Technicien en environnement : 711$/sem. (Chômage 5,6%)
  • Estimateur et évaluateur de bâtiment : 706$/sem. (Chômage 0%)
  • Technicien en documentation : 705$/sem. (Chômage 10,1%)
  • Technologue en radiologie : 702$/sem. (Chômage 1,5%)
  • Orthésiste-prothésiste : 655$/sem. (Chômage 0%)
  • Technicien en bureautique : 651$/sem. (Chômage 0%)

Pour découvrir les carrières les mieux rémunérées au niveau du bac et de la maîtrise, visitez Radio-Canada.ca