Suivez-nous
sur les réseaux sociaux:

Démocratisons les réseaux sociaux!

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Réseaux sociauxÀ L’ÈRE DU 2.0, IL EST DIFFICILE DE COMPRENDRE POURQUOI TANT DE GROUPES DE DISCUSSIONS SUR LINKEDIN OU FACEBOOK SONT FERMÉS. ON PEUT SE DEMANDER LA PERTINENCE D’IMPOSER TANT DE RÈGLES AUX USAGERS D’UN GROUPE. DES RÈGLES QUI SE MULTIPLIENT SANS CESSE, DES ADMINISTRATEURS QUI RÈGNENT EN MAÎTRE SUR LEUR COUR DE FIDÈLES, IL EST TEMPS QUE LES CHOSES CHANGENT AU QUÉBEC! A-T-ON RÉELLEMENT COMPRIS À QUOI SERVENT LES RÉSEAUX SOCIAUX? POURQUOI BÂTIR DES COMMUNAUTÉS FERMÉES EN 2013?

LINKEDIN : DES ADMINISTRATEURS « CONTROL FREAK »?
Il est étonnant de voir que le modus operandi des administrateurs des groupes de discussion sur LinkedIn est trop souvent le même! Valoriser ses propres idées, faire valoir ses 5 à 7 pour célibataires, ses colloques et conférences dans des espaces qui seraient mieux utilisés pour engendrer de réelles discussions, d’amener des idées nouvelles et cogiter ensemble pour faire évoluer la société!

Ayant une formation en journalisme, je ne comprends pas les règles qui imposent de ne pas mettre de liens, de photos ou de vidéos dans des groupes de discussion. Comment faire valoir une idée ou une opinion sans se baser sur des faits réels, des écrits de d’autres blogueurs ou chercheurs?

La pertinence de ne pas mettre de liens externes qui détournent les usagers vers d’autres médias est compréhensible pour garder le plus de visiteurs possibles sur des sites Web, mais dans les réseaux sociaux? A-t-on atteint le 2.0 au Québec? J’en doute fort… Peut-on réellement penser que les gens sont assez dupes pour ne pas trouver d’autres sources d’information?

« Administrateurs de LinkedIn, arrêtez de nous vendre vos produits et services, de faire de la censure, on n’est pas dans les années 40! Ouvrez vos groupes de discussion pour avoir de réels débats et attirer la pluralité des opinions ! »

Résultat : peu de groupes de discussion amènent des réflexions substantielles, on reste dans le superficiel! Même les trucs et astuces des participants d’un tel ou tel autre groupe sont futiles et peu originaux. Sortons de la masse et des idées préconçues!

PLUS D’OUVERTURE SUR FACEBOOK?
En général, en parcourant des groupes de discussion sur Facebook, il semble y avoir plus d’ouverture et moins de censure! Surtout, les gens qui exposent leurs idées sont moins monolithiques, il n’est pas rare d’engendrer des discussions avec des usagers de la francophonie à l’extérieur du Québec, que ce soit des Français, Marocains, etc. La diversité des opinions, des faits vécus, bref l’expérience de gens de cultures différentes amène des discussions très enrichissantes. Personnellement, il n’est pas rare que je repense à une brève, une photo ou un vidéo quelques jours après l’avoir lue ou vue sur Facebook.

Pourtant, certains groupes québécois imposent encore beaucoup de règles. Comme les filtres sont très facilement gérables dans Facebook, il serait de mise pour les administrateurs de laisser plus de place aux usagers pour susciter les réflexions!

AUCUNE CENSURE? ÇA EXISTE, VIVE TWITTER!
Souvent, je me rabats sur Twitter, j’y trouve de vraies p’tites mines d’or! Pas de censure, du vrai 2.0, des gens allumés, drôles et originaux! Pas de filtres, on y trouve de tout. Chaque semaine, je découvre des nouvelles personnes à suivre. Si vous ne vous intéressez pas à Twitter, parce que vous pensez y trouver le quotidien de la faune, détrompez-vous! De la réelle opinion et souvent les gens actifs sur Twitter bloguent également…

RABATTEZ-VOUS SUR LES BLOGUES!
Vous êtes tanné de recevoir des fils de nouvelles insignifiantes sur LinkedIn ou Facebook, rabattez-vous sur les blogues! Explorez et vous y découvrirez de réelles communautés ouvertes, des articles intéressants, des opinions qui sortent de la norme! Et qui sait, à force d’écrire des articles comme celui que vous venez de lire, peut-être que les choses changeront au Québec! On peut toujours rêver…

N.B. : L’idéalisme devrait encore exister en société, et ce, autant pour le bien individuel que le bien commun! Les réseaux sociaux devraient être plus démocratiques, suivez quelques groupes américains, vous verrez tout de suite la différence!

Êtes-vous le ROI des offres d’emploi sur le Net ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

ROI des offres d'emploiQU’ON SE LE DISE UNE FOIS POUR TOUTES, LA PLUPART DES SITES VONT GONFLER LEUR STATISTIQUES DE VISITEURS DANS LE BUT DE MOUSSER LEURS VENTES DE PUBLICITÉ OU D’OFFRES D’EMPLOI SUR LE NET. SELON L’ANALYSE DE MON ÉQUIPE DE RÉFÉRENCEURS, CERTAINS VONT MÊME GONFLER PAR 10 LEUR VOLUME DE VISITEURS POUR ESSAYER D’ÉGALER LA COMPÉTITION !

ATTENTION PRATIQUE FRAUDULEUSE : ACHAT DE VISITEURS SUR LE WEB !
Saviez-vous qu’il est possible de trafiquer ses statistiques de visiteurs sur le Web ? Certaines entreprises dénuées de morale et d’intégrité achètent des visiteurs sur le Web, afin de rencontrer les objectifs des agences de publicité et de leurs clients. Par exemple, un achat de 27 000 visiteurs peut coûter aussi peu que 54,00 $ ! Ces compagnies sans scrupules jouent sans vergogne la carte de la transparence et montrent leurs statistiques sans toutefois en démontrer la qualité des visiteurs. Demandez toujours à voir les sources de trafic et le taux de rebond de vos fournisseurs !

GOOGLE N’EST PAS DUPE !
Les sites qui achètent des visiteurs ou qui utilisent d’autres malversations sont déjà connus par Google. Ces mêmes sites sont sévèrement pénalisés dans leur positionnement, car leur taux de rebond est extrêmement élevé et peut parfois atteindre 90 %. C’est-à-dire que sur les 30 000 visiteurs, il y en a à peine 3 000 qui sont de réels candidats ou utilisateurs du site. N’ayez crainte, ces sites ne seront jamais premiers en référencement organique ! Lorsque vous choisissez un fournisseur, ne vous fiez jamais qu’à ses statistiques, vérifiez son positionnement sur Google en résultats organiques !

VOS MEILLEURS INDICATEURS
Pour ma part, j’aime bien les compagnies qui offrent des statistiques ouvertes avec l’analyse de la provenance et la qualité des visiteurs. Vos meilleurs indicateurs : taux de rebond, source des visiteurs et durée de la visite. Je vais également favoriser les fournisseurs qui m’offrent des statistiques sur mes offres et un moyen d’accéder à leurs rapports Google Analytics. Dans ce dernier cas, les malversations sont presqu’impossibles ou rarement utilisées.

IDENTIFIEZ UN FOURNISSEUR DE QUALITÉ SUR LE WEB !
La méthode la plus facile pour trouver un fournisseur de qualité est d’identifier les mots clés les plus utilisés dans une recherche avec Google Adwords. Par la suite, affichez une offre sur les deux ou trois premiers sites Web affichés en résultats organiques. Vous pourrez évaluer ainsi le ROI de votre placement. Pour ce faire, créez un courriel de réception de CV par fournisseur, vous pourrez ainsi évaluer le nombre de CV reçus mais surtout la qualité des candidats. Tout fournisseur vous garantissant à 100% ses services devrait être également testé, parce que peu de compagnies sont prêtes à aller aussi loin dans leurs pratiques !

N’ENTREZ PAS DANS LE JEU DES MAGOUILLES !
Le vendeur est gentil et a l’air honnête, j’ai un contact avec la sœur de ma cousine ou bien la directrice fait partie du même comité à l’école que mon ami ou même j’ai toujours affiché sur ce site, alors je continue… Ce genre de pratiques est courant, soyez professionnel et n’entrez pas dans le jeu des magouilles, tout finit toujours par se savoir !
Il faut comprendre que les sites changent rapidement de position, vous devez faire vos devoirs au moins à tous les 3 mois ! Un fournisseur de qualité gardera son positionnement sur le Web, parce qu’il fera tous les efforts nécessaires.

CALCUL DU ROI
Le calcul est maintenant possible, par exemple votre offre placée à 149,00 $ avec
emploisspecialises.com a été vue 678 fois. Vous avez reçu 18 CV et retenu 7 candidats. Le coût moyen par candidat avec ce site est de 149,00 $ / 7 = 21,29 $ par candidat.

RETOUR AUX SOURCES
Commencez à vous faire confiance, faites vos analyses vous-même, demandez le taux de rebond, la source des visiteurs et la durée moyenne des visites. Et n’oubliez pas de faire des tests ! Bref, faites vos devoirs, soyez professionnel ! Vous pourrez prendre une décision éclairée et assurez vos arrières si un jour vous passez à la télé ou dans un comité de déontologie, je parierais que vous allez pouvoir sourire à la caméra !